POUR FAIRE UNE DEMANDE D'ASSISTANCE, EN TOUTE CONFIDENTIALITÉ
Montréal 24/7 : 514 687-7141        Ailleurs au Québec 24/7 : 1 877 687-7141 Ou via nos formulaires

Processus de radicalisation

La radicalisation menant à la violence


PROCESSUS DE RADICALISATION

La radicalisation menant à la violence : un processus complexe et multidimensionnel

Le processus de radicalisation menant à la violence constitue un cheminement, non linéaire et non prédéterminé, tracé par une multiplicité de facteurs – tant individuels que collectifs, sociaux que psychologiques. Un seul élément ne permet pas, en soi, d’expliquer le processus de radicalisation d’un individu ou d’un groupe d’individus : ce processus est plutôt le résultat d’une convergence entre un parcours individuel et un système de croyances justifiant le recours à la violence – lequel peut être exacerbé par la perception d’une menace identitaire et morale, et attisé par les réseaux sociaux (physiques ou virtuels).
Ainsi, la radicalisation menant à la violence est rarement un basculement soudain ou brusque, mais bien un processus social complexe qui peut se déployer sur plusieurs plans, comme on peut le voir dans le schéma ci-dessous :

Contexte sociétal

Sur le plan sociétal, le processus de radicalisation peut être déclenché, influencé ou favorisé par des circonstances sociopolitiques ou socioaffectives qui touchent directement ou indirectement l’individu : face à un malaise social, politique ou économique (réel ou ressenti), un individu pourra remettre en cause la promesse du vivre-ensemble et son sentiment de faire partie de la communauté.

Milieux de vie

En situation de malaise identitaire, de perception d’injustice ou de marginalisation, certains individus chercheront parfois des réponses et des moyens de reconnaissance ou de réparation devant une condition qu’ils perçoivent comme injuste et nécessitant d’être renversée. Dans les milieux où se situe l’individu, l’importance des facteurs de protection ou, au contraire, de vulnérabilité peut influencer la perception du monde et favoriser ou non l’adhésion de la personne à certains discours radicaux et certaines réponses légitimant la violence.

Parcours individuel

Pour les individus engagés dans un processus d’endoctrinement, toute lecture du monde devient né¬cessairement idéologisée avec des « bons » et des « mauvais », un « nous » et un « eux », un « groupe pur » et un « groupe impur ». Par cette division binaire progressive du monde, ils en viennent à écarter systématiquement toute explication concurrente ou toute conception alternative qu’ils ont du monde social. L’idéologie apporte, dans le cadre du processus d’endoctrine¬ment, des justifications et des explications qui encouragent les doctrinaires à s’engager dans des formes d’actions plus radicales, incluant le soutien actif ou la participation à l’action violente.
Afin de mieux comprendre les dynamiques sous-jacentes au processus de radicalisation menant à la violence et à la manière dont elles se rattachent les unes aux autres, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous, qui résume ce qui précède : [vidéo à venir]

  • 16 août 2017
  • /
  • Actualités

Atelier Identités et Engagement

Le Centre a animé son atelier Identités et Engagement aux Camps de Jour Le Phoenix de Lachine.
  • 10 août 2017
  • /
  • Actualités

Mission à l’étranger : Mali

Le Centre a été invité par ICCT – The Hague et UNICRI – United Nations Interregional Crime and Justice Research Institute à offrir une formation sur les « Évaluation des risques pour les délinquants extrémistes violents en prison »