POUR FAIRE UNE DEMANDE D'ASSISTANCE, EN TOUTE CONFIDENTIALITÉ
Montréal 24/7 : 514 687-7141        Ailleurs au Québec 24/7 : 1 877 687-7141 Ou via nos formulaires

Équipe

Herman Deparice-Okomba


Directeur général


Politologue, Herman Deparice-Okomba, Ph. D., est un spécialiste reconnu en matière de relations interculturelles, de radicalisation, de terrorisme, de discrimination et de police communautaire. Avant sa nomination en 2015 au CPRMV, il a été responsable, pendant dix ans, des dossiers sociaux au Service de police de la Ville de Montréal (profilage racial et social, relations avec la communauté, prévention de la criminalité, etc.) ; au même moment, durant trois ans, il assumait la direction de la Fondation des employés du SPVM. Ajoutons finalement que M. Deparice Okomba est chargé de cours dans plusieurs universités, où les matières enseignées touchent le terrorisme et la gestion des situations d’urgence.

Lucie Joyal


Secrétaire de direction


Bachelière en administration des affaires, Lucie Joyal a évolué principalement dans le domaine artistique. Elle est également membre agréée de l’ATIS (Association of Translators and Interpreters of Saskatchewan) ; à ce titre, elle a fait carrière pendant plusieurs années en tant que traductrice (de l’anglais vers le français) et comme réviseure. Elle a aussi œuvré comme bénévole auprès de différentes écoles, siégeant à leur conseil d’établissement et participant à l’organisation d’activités pour les élèves.

Partenariats et de l’engagement communautaire

Anamaría Cardona


Responsable des partenariats et de l’engagement communautaire


Anamaría Cardona est titulaire d’un master en  interculturalité et relations internationales de l’Université de Strasbourg (France), et d’un baccalauréat en communication et journalisme de l’Université de la Sabana (Colombie). Elle a travaillé pendant plusieurs années dans le domaine de la communication en Europe et en Amérique latine. Par ailleurs, elle a longtemps exercé ses compétences dans le développement international et la prévention de la violence, en collaborant avec les Nations unies, des gouvernements locaux et nationaux, ainsi que des ONG – dont le Centre international pour la prévention de la criminalité (CIPC).

Vanessa Reggio


Coordinatrice des communications et partenariats


Diplômée d’un baccalauréat en administrations des affaires, spécialisation marketing, à HEC Montréal, Vanessa Reggio s’est spécialisée dans le développement de campagnes de communication marketing au sein d’organisations non gouvernementales. Elle est présentement en train de terminer un certificat en relations publiques, à l’Université de Montréal. Par ailleurs, elle s’est fortement impliquée auprès de communautés hispanophones immigrantes à Montréal dans le but de les aider à assurer une intégration linguistique française.

Fabien Lesina


Graphiste


Détenteur d’un diplôme du Collège Salette de Montréal en design graphique et d’une formation en design web et médias interactifs, Fabien Lesina évolue dans le métier de graphiste depuis 2011.

Valérie Dinh


Coordinatrice de la mobilisation communautaire et des projets jeunesse

Ayant une grande compassion pour les causes humaines, Mme Valérie Dinh s’est toujours engagée dans des organismes de soutien des jeunes et des communautés. Ces implications lui ont permis de développer des aptitudes en formation, en communication et compétences humaines ainsi qu’une compréhension des réseaux communautaires et institutionnels en lien avec les services à la jeunesse. Mme Valérie Dinh poursuit actuellement des études universitaires en gestion des ressources humaines à l’Université Téluq.

Zoë Freedman


Coordinatrice de la campagne « Et si j’avais tort ? »

Zoë Freedman est titulaire d’un baccalauréat en développement international et en études sur le genre et la condition féminine de l’Université Dalhousie. Elle complète actuellement un diplôme en droit à l’Université McGill et se passionne pour les politiques publiques internationales, l’accès à la justice et le pouvoir du travail communautaire sur le terrain. Elle a beaucoup travaillé au sein de la communauté juive montréalaise ainsi qu’avec Head & Hands / À deux mains, un organisme communautaire sans but lucratif ayant une approche globale à l’intention des jeunes mal desservis.

Nour Halaimia


Chargée de projets de la campagne « Et si j’avais tort ? »

Diplômée en Sciences de la santé, Nour Halaimia se dirige désormais vers l’enseignement alors qu’elle entreprendra un baccalauréat dans ce domaine à l’UQAM à l’automne 2018. Chargée de projets dans le cadre de la campagne « Et si j’avais tort ? J’en parle, j’apprends ! » du CPRMV, elle participe activement à offrir des ateliers auprès du public cible de la campagne.

Souraia Boumahdi


Chargée de projets de la campagne « Et si j’avais tort ? »

Souraia Boumahdi est étudiante en Sciences de la santé et chargée de projets pour la campagne de sensibilisation « Et si j’avais tort? J’en parle, j’apprends! » du CPRMV. Faisant parti des jeunes ayant participé au développement de cette initiative, elle joue un rôle important dans la mobilisation et la diffusion entourant la campagne.

Recherche et appui à l’innovation

Benjamin Ducol


Responsable de la recherche et de l’appui à l’innovation


Titulaire d’un doctorat en science politique de l’Université Laval, Benjamin Ducol est chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada sur les conflits et le terrorisme, chercheur associé au Centre international de criminologie comparée (CICC) – où il avait d’abord été chercheur postdoctorant – et membre du réseau pancanadien Canadian Network for Research on Terrorism, Security & Society (TSAS). Auteur de plusieurs publications scientifiques, ses champs de compétences et ses préférences de recherche s’articulent autour des radicalités militantes liées au djihadisme, des processus de radicalisation à l’ère du Web et des mobilisations de victimes du terrorisme.

Alex Wood


Chercheur


En plus d’être détenteur d’une maîtrise en études internationales de l’Université Laval et de l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Bordeaux, Alex Wood possède un baccalauréat en histoire de l’Université de Leeds au Royaume-Uni. Il a également effectué un séjour d’études au département d’Histoire de l’Université de Toronto. M. Wood s’intéresse à la violence non étatique, aux crimes et incidents haineux, ainsi qu’à l’extrémisme politique. Avant de rejoindre le CPRMV Alex a œuvré comme assistant de recherche sur différents projets au sein de la Chaire de recherche sur les terrorismes et les extrémismes à l’Université Laval.

Wilfried Mabondzo


Chercheur

Anthropologue, titulaire d’un Ph.D. de l’Université de Montréal, Wilfried Armel Mabondzo a une expérience riche et étendue dans plusieurs secteurs d’activités, dont la recherche en socio-anthropologie appliquée, l’enseignement dans le milieu universitaire, l’administration de projets socioculturels, la formation et le développement des compétences. Auteur de plusieurs publications scientifiques, ses champs de recherche tournent autour de l’anthropologie du développement, la gestion interculturelle.

Sébastien Boussois


Chercheur associé

Sébastien Boussois est docteur en sciences politiques, chercheur associé au CECID (Université Libre de Bruxelles), à l’UQAM (OMAN — Université de Montréal), expert en terrorisme et radicalisation, analyste du Moyen-Orient et des questions euro-méditerranéennes.

L’année 2016 a vu la parution de son livre « France-Belgique, la diagonale terroriste » corédigé avec Asif Arif (préfacé par Marc Trévidic). Depuis 2015, ses travaux de recherche portent sur : la géopolitique du djihad, l’évolution des profils de radicalisation, la diversité des radicalisations, les connections entre l’Europe et le Maghreb sur la question du terrorisme, l’approche euroméditerranéenne de la prévention de la radicalisation, la réponse publique en Europe et l’importance du rôle des familles dans les processus de basculement.

Membre du conseil d’administration de SAVE BELGIUM, partenaire du CPRMV, Dr Boussois publie de nombreux articles, tribunes, ouvrages sur le sujet et donne de nombreuses conférences en Europe et au Maghreb, de même que différents modules de formation d’une journée auprès des administrations, préfectures, mairies, personnel éducatif et professionnel liés aux secteurs de la jeunesse.

Formation et du développement des compétences

Roxane Martel-Perron


Responsable de la formation et du développement des compétences


Roxane Martel-Perron est titulaire d’une maîtrise en gestion du développement international et de l’action humanitaire, profil international (EGADE Business School, Mexique, et Universidad de Costa Rica). Elle est présentement étudiante à la maitrise en criminologie de l’université de Montréal, où elle s’intéresse aux trajectoires de désengagement d’anciens membres de mouvements d’extrême droite au Canada. Mme Martel-Perron s’intéresse à la prévention depuis plusieurs années, ayant collaboré avec les Nations unies, des gouvernements locaux et nationaux, ainsi que des ONG, dont le Centre international pour la prévention de la criminalité. Elle a élaboré et mis en œuvre des projets de prévention au Canada, en Amérique latine et en Afrique du Nord, notamment sur les thèmes de la réforme du secteur de la sécurité, de la concertation citoyenne et de la prévention des conduites à risque en milieu scolaire. Elle est membre du réseau pancanadien Canadian Network for Research on Terrorism, Security & Society (TSAS). 

Ulrich Bounguili


Coordinateur de la formation pour les secteurs scolaire et communautaire


M. Bounguili est détenteur d’une maîtrise en enseignement. Sa riche expérience en enseignement lui a permis de développer des programmes et des outils de formation et de s’intéresser aux problématiques de résilience et de décrochage scolaire tant en milieu urbain que rural, et au sein des Premières Nations. M. Bounguili est par ailleurs auteur de poésies.

Alexandre Chevrier-Pelletier


Coordinateur de la formation pour les secteurs privé et communautaire


Politologue gradué de l’École de politique appliquée à l’Université de Sherbrooke, Alexandre Chevrier-Pelletier s’intéresse dans le cadre de ses recherches aux questions de sécurité publique, incluant les phénomènes de radicalisation violente et la prévention de ceux-ci. Riche de cette expertise dans le domaine de la prévention de la radicalisation et d’expériences dans le monde de la recherche universitaire, il a œuvré au sein de l’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent (OSR), en partenariat avec le Centre international de criminologie comparée (CICC), ainsi qu’au Centre international pour la prévention de la criminalité (CIPC). Dans le cadre de ses mandats, Alexandre Chevrier-Pelletier a participé à la rédaction de plusieurs contributions sur la radicalisation menant à la violence et de politiques de prévention en la matière.

Maxime Fiset


Chargé de projets


Maxime Fiset a étudié en science politique et en géographie à l’Université Laval, après avoir passé plusieurs années en tant que figure importante de l’extrême droite au Québec. Son cheminement lui a permis de prendre du recul en matière d’extrémisme politique, et de mettre désormais à profit son expérience pour la prévention de la radicalisation menant à la violence.

Schallum Pierre


Conseiller en formation


Stagiaire postdoctoral à l’École Polytechnique de Montréal, Schallum Pierre est professeur associé à l’Institut des sciences, des technologies et des études avancées d’Haïti (ISTEAH). Il est titulaire d’un doctorat en philosophie de l’Université Laval où il a également été membre du comité d’éthique en psychologie et en sciences de l’éducation. Il s’intéresse aux méthodes de chiffrement et aux techniques innovantes, comme l’ingénierie sociale, utilisées dans le domaine de la cyber-radicalisation et qui ont entre autres fait l’objet du cours « communications sociales et médias sociaux » qu’il a donné à l’Université Saint-Paul d’Ottawa.

Prise en charge et réinsertion sociale

Marian Misdrahi


Responsable de la prise en charge et de la réinsertion sociale


Docteure en sociologie, Marian Misdrahi est diplômée de l’Université de Montréal. Possédant une expertise sur les inégalités sociales, la discrimination et l’identité, elle a travaillé comme chercheuse dans les domaines de l’itinérance et de la santé mentale ainsi que dans celui du profilage racial chez les jeunes contrevenants au Québec. Originaire de la ville de Mexico, elle a enseigné la sociologie à l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) et a été chargée de cours à l’Université de Montréal.

Margaux Bennardi


Coordinatrice d’Info-radical et intervenante psychosociale


Détentrice d’un baccalauréat en sexologie de l’Université du Québec à Montréal et membre de l’Ordre des sexologues du Québec (OPSQ), Margaux Bennardi a acquis son expertise d’intervenante (coordonnatrice principale des programmes pour l’organisme LOVE) dans le milieu communautaire, notamment en travaillant auprès de jeunes acteurs, receveurs ou témoins de violence. Margaux finalise actuellement une maitrise en éducation et formation spécialisées sur les aspects socioculturels. Elle y aborde les concepts tels que le racisme et la discrimination systémique.

Lala Zoubida Maallah


Intervenante Psychosociale

Détentrice d’un baccalauréat en psychologie de l’Université d’Ottawa, Lala Zoubida Maallah possède de riches connaissances sur les processus biopsychosociaux et psychopathologiques. Elle a développé son expertise sur le sujet de la radicalisation à travers son travail de recherche avec plusieurs organisations, dont l’équipe SHERPA. Ses expériences en milieu communautaire apportent une complémentarité aux compétences qu’elle a acquise lors de sa formation clinique dans le domaine de la psychologie.