POUR FAIRE UNE DEMANDE D'ASSISTANCE, EN TOUTE CONFIDENTIALITÉ
Montréal : 514 687-7141        Ailleurs au Québec : 1 877 687-7141 Ou via nos formulaires

Agir

icone_site_web_agir


AGIR

Certains facteurs, qu’on appelle « facteurs de protection », peuvent constituer des forces qui permettront à un individu de résister plus facilement à l’endoctrinement et au basculement dans un processus de radicalisation. Dans une perspective de prévention, il faut donc viser à consolider ces facteurs, tant chez la personne que dans le milieu où elle évolue.

Comment réagir si on est témoin d’un processus de radicalisation ?

Un tel processus, souvent complexe, peut susciter un sentiment d’impuissance et de désarroi, particulièrement dans l’entourage de la personne radicalisée (ou en voie de l’être).

Notre premier conseil : n’agissez pas hâtivement et affichez une approche bienveillante.Ainsi, si vous soupçonnez qu’un proche, une connaissance ou un individu que vous côtoyez présente une problématique de radicalisation, le CPRMV vous suggère d’adopter les comportements suivants :

  • Démontrez du respect, de l’écoute et de l’empathie, sans jugement préalable à l’égard de l’individu : ceci vous permettra de créer un climat propice à l’instauration d’une relation de confiance et à l’établissement d’un lien significatif.
  • Évitez de remettre en cause les valeurs et les croyances de la personne, ou de l’affronter à ce propos, afin de ne pas la pousser dans une attitude défensive où elle se fermera complètement à votre intervention.
  • Choisissez le moment et l’endroit propices, en fonction de l’évaluation de votre lien réciproque, pour avoir une conversation ouverte et bienveillante.
  • Adoptez une approche communicationnelle de façon à recueillir avec délicatesse et sensibilité l’information souhaitée, sans éveiller de méfiance, ni occasionner un repli sur soi. N’adoptez pas une logique policière qui pourrait conduire l’individu à se sentir surveillé ou suspecté en raison de son comportement et de ses croyances.
  • Restez vigilant et surveillez l’évolution de la situation.
  • Cherchez du soutien auprès des intervenants du CPRMV: ils vous conseilleront et vous offriront un accompagnement spécialisé.

Quand contacter le CPRMV ?

Du lundi au vendredi, de 9h à 20h

Pour demander conseil, pour informer le CPRMV, pour obtenir du soutien :

Si des changements observés chez un proche vous préoccupent, si vous concevez des doutes ou que vous éprouvez de l’inquiétude quant à l’attitude d’une personne de votre entourage, si vous pensez qu’un processus de radicalisation violente pourrait être en cours, il est primordial de contacter le CPRMV : nos spécialistes sauront vous écouter et vous accompagner, quelle que soit la situation, et ce, dans l’anonymat et en toute confidentialité. Ils évalueront avec vous s’il y a lieu de vous inquiéter, vous fourniront des outils appropriés ou vous dirigeront vers des ressources compétentes. Si cela s’avérait nécessaire, ils établiront, avec votre accord, un plan d’intervention.

  • 20 novembre 2019
  • /
  • Actualités

Rencontre au KEPKAA à Montréal

Merci au Comité international pour la Promotion du Créole et de l’Alphabétisation (KEPKAA) pour avoir reçu le CPRMV pour échanger sur la prévention des incidents à caractère haineux ainsi que sur la prévention de la radicalisation menant à la violence.
  • 20 novembre 2019
  • /
  • Actualités

Formation du CPRMV offerte à Edmonton

En collaboration avec son partenaire, la Commission canadienne pour l’UNESCO, le CPRMV a été invité à offrir sa formation sur « Le Guide pédagogique Et si j’avais tort » à Edmonton, en Alberta. Nous remercions The Resiliency Project pour nous avoir accueillis. Si vous désirez qu’une formation du CPRMV soit offerte dans votre milieu, ou si vous souhaitez recevoir des […]
  • 19 novembre 2019
  • /
  • Actualités

Midi-causerie : La jeunesse œuvre contre la radicalisation

Le CPRMV a présenté le résultat d’une mission réalisée en Belgique, dans le cadre d’une étude portant sur « La jeunesse oeuvre contre la radicalisation ». Cette mission englobait des rencontres de travail entre le Bureau Internationale Jeunesse (BIJ), l’Association MOVE et la Maison de jeunes dans les Marolles, des visites d’associations jeunesse à Molenbeek, […]